Diary of a European Bunker - 17

- Samos Island / Diary of a European bunker -
(English Below)

On est le 20 mai 2019. Des jeunes du parti communiste “KKE” organisent un meeting sur la place principale de Vathi sur l’ile de Samos en Grèce. J’ai toujours aimé parler politique avec les jeunes Grecs. Voir cette jeunesse politisée, engagée. Désabusée aussi. Il y a quelque chose de touchant, de mélancolique. De violent aussi. Dans cinq jours auront lieu les élections municipales grecques et coïncidence de date, c’est également les élections européennes qui se tiendront à la même date. Attendu comme un enjeu majeur des politiques d’asiles et d’immigrations en Europe, le résultat Grecque est plus qu’attendu et même redouté après le basculement de l’Italie vers l’extrême droite de Matteo Salvini en 2018.

La Grèce ne tombera pas, encore une fois, lors de ces élections vers la peur et la haine. Malgré tout, le parti emblématique d’extrême gauche, SYRIZA, d’Alexis Tsipras, présent depuis la crise de 2015, tombera après son auto-demission suite aux résultats pour laisser place au parti de droite conservateur “Nouvelle Démocratie”.

Sur les îles grecques subissant la crise des réfugiés depuis plus de six ans, il est intéressant de se pencher sur les résultats des élections municipales. Attendues comme les piliers d’un basculement fort vers l’extrême droite c’est au contraire une majorités de centre gauche/gauche qui a établi les plus hauts scores dans les villes principales de Lesbos, Samos ou encore Chios. À Samos, la victoire fut célébrée sur la marina en compagnie de nombreux réfugiés du camp.

La problématique de la crise migratoire reste toujours la même évidemment et s’accentue encore plus cette année avec les problèmes politiques connus avec la Turquie en mars 2020. Cela nous montre toutefois que la Grèce n’est pas encore prête à basculer vers l’ignominie politique comme d’autres pays européens, malgré les terribles directives que lui impose l’Union Européenne depuis 2008.

Photos :
20 et 26 mai 2019
Samos, Grèce
© Jérôme Fourcade / Collectif Abisto

////

- Samos Island / Diary of a European bunker -

It is May 20, 2019. Young people from the Communist Party “KKE” are organizing a meeting in the main square of Vathi on the island of Samos in Greece. I like to see this Greek youth politicize and engage. There is something touching, melancholic. Violent too. In five days will take place the Greek municipal elections and coincidence of date, it is also the European elections which will be held on the same date. Expected as a major issue in asylum and immigration policies in Europe, the Greek result is more than expected and feared after the switch from Italy to the far right of Matteo Salvini in 2018.

Once again, Greece will not fall into fear and hatred in these elections. The emblematic part of the far left, SYRIZA, of Alexis Tsipras, present since the 2015 crisis, will fall after his self-resignation following the results to make way for the conservative right-wing “New Democracy”.

On the Greek islands undergoing the refugee crisis for more than six years, it is interesting to look at the results of the municipal elections. Expected as the pillars of a strong shift to the far right, on the contrary, majorities of the center left / left who have established majorities in the main cities of Lesbos, Samos or Chios. In Samos, victory was celebrated on the marina with many refugees from the camp.

The problem of the migration crisis remains obviously the same, and is accentuated even more this year with the major problems experienced with Turkey in March 2020. This shows us, however, that Greece is not yet ready to switch to the ignominious as in Italy, despite the terrible directives imposed by the European Union since 2008.

Photos :
20 and 26 mai 2019
Samos, Greece
© Jérôme Fourcade / Collectif Abisto

Using Format